3 kuti individuelles pour la méditation intensive

Sur cette page, deux idées pour une kuti individuelle destinée à la méditation (vipassaná), plus une réalisée à partir de deux photographies d'un modèle déjà existant. La première est "idéale" pour la pratique, tandis que la deuxième accorde une certaine importance à l'aspect esthétique. Surélevée, la troisième se constitue de matériaux modernes et légers.

Kuti individuelle "idéale" pour vipassaná

Voici une idée de kuti (réalisée avec le logiciel SketchUp) pour un méditant solitaire consacrant son temps au développement de vipassaná (le terme kuti signifie littéralement "petite habitation d'un renonçant")...

Cette kuti est prévue pour un centre de méditation. Seuls les repas se font à l'extérieur du logement, dans une salle à manger commune à tous les méditants. Le reste des "activités" quotidiennes du yogi (méditant) ont lieu à la kuti : méditation marchée, méditation assise, hygiène (douche, toilette...) et sommeil.

Le bois est sans doute le meilleur élément pour la marche pieds nus. En outre, il est facile d'entretien.

Au cœur de la kuti, le coin de la méditation assise, entouré des besoins indispensables (dormir, se laver, aller aux toilettes) et de l'allée pour la marche.

Cette kuti a été conçue dans la perspective d'une porte de sortie optimale du cycle des renaissances, des maladies, des vieillesses et des morts pour tout yogi sachant mettre à profit avec motivation et détermination les conditions qu'elle offre.

Plan de la kuti

Vue de la façade de l'entrée.

Puissiez-vous avoir comme rêve de vivre pleinement le renoncement et réaliser votre rêve !

Cette kuti est téléchargeable au bas de cette page.

 

Kuti individuelle "hexagonale" esthétiquement agréable

Voici une idée de kuti individuelle sur deux niveaux, avec un espace réduit.

L'ambition de cette kuti est de concilier le côté pratique à l'esthétique, le tout inscrit dans un espace réduit.

L'extérieur est consacré à la marche méditative, tandis que l'intérieur se prête au reste (méditation assise, sommeil, alimentation, toilette, etc.) Pour la marche, est disposée une allée de dix mètres de long, un de large, abritée du soleil et de la pluie par un toit, légèrement surélevée du sol pour éviter les divers obstacles du sol naturel (végétation envahissante, boue, animaux...)

De forme concave, la toiture (de la kuti et de l'allée) permet la récupération d'eau de pluie.

La surface totale des deux niveaux de la kuti est d'environ 35 m2 (18,5 m2 pour le rez, 12,5 m2 pour l'étage et 4 m2 pour le balcon). Le rez se divise en trois parties : une salle de bain, un coin à manger et une petite allée.

La salle de bain, avec ses toilettes et son bac à eau, nettement plus économique puisqu'on n'utilise que l'eau nécessaire pour se doucher. Il constitue aussi une réserve en cas de coupure d'eau.

Le coin à manger, avec son meuble bas (en triangle sous la fenêtre) suffisamment large pour s'y asseoir et y disposer tout autour de soi les divers aliments du repas. Juste à côté se tient un évier servant aussi bien pour la vaisselle que pour le brossage des dents.

La petite allée, pour la marche méditative lorsque l'allée extérieure n'est pas utilisable (froid, moustiques...) On peut noter une couleur différente du sol, correspondant à l'emplacement de l'escalier. Pendant la méditation en marche, l'attention est sur les mouvements des pas et les yeux fixés vers le bas. Les obstacles hauts ne sont donc pas perçus.

Remarque : cette kuti et ses installations demeurent encore bien luxueuses pour une pratique intensive du dhamma, mais toutefois pas au point de constituer un obstacle.

On peut remarquer une absence de barrière à l'escalier. En plus de faciliter l'entretien, cela est superflux pour une personne vivant baignée en permanence dans l'attention et lent dans chacun de ses mouvements. Aussi, destiné à l'isolement, un tel lieu n'est pas conçu pour recevoir de la visite.

L'étage se divise aussi en trois parties : un coin à dormir, un coin pour l'assise méditative et un balcon, qui permet tout naturellement de respirer l'air extérieur.

Au cœur de l'étage, sur un carré d'un métre carré surélevé prend place le coin de la méditation assise. Le coin à dormir est isolé par une porte coulissante offrant une ouverture pouvant s'étendre jusqu'à la moitié de la largeur de la pièce. La cloison-porte du coin à dormir n'est haute que de 160 cm, et la cloison de la cage d'escalier seulement de 70 cm, ce qui élargit considérablement l'espace.

Chaque fenêtre est doublée d'une double porte couverte par un grillage anti-moustiques. Dépourvues de clef et de loquet, les trois portes de la kuti se referment automatiquement (grâce à un ressort interne), ce qui évite tout problème de porte mal fermée.

On peut très bien imaginer une version de cette kuti avec une charpenterie plus simple et plus classique.

La géométrie octogonale donne à l'espace intérieur une atmosphère relativement équilibrée. Avec ses angles à 45° propices aux triangles symétriques, l'octogone est à mi-chemin entre les deux formes géométriques les plus simples : le carré et le cercle.

Cela ne modifie en rien la pratique, mais on peut se dire que le découpage en huit de la kuti (base octogonale) symbolise les huit éléments de la connaissance directe dans la réalité: 1) compréhension juste, 2) pensée juste, 3) parole juste, 4) action juste, 5) moyen d'existence juste, 6) effort juste, 7) concentration juste, 8) attention juste.

Cette kuti n'est pas un projet de construction réel, mais simplement une idée, qui peut être adaptée à bien des niveaux : toiture, choix des matériaux, couleurs, superficie de la base, hauteur et épaisseur des murs, largeur des escaliers, aménagement de chaque niveau (division des pièces...), taille, disposition et forme des fenêtres, etc.

Par exemple, on peut préférer un escalier extérieur, ce qui donne alors un espace plus vaste, au rez comme à l'étage.

On peut bien entendu sécuriser l'escalier par un muret.

Cette kuti est téléchargeable au bas de cette page.

 

Kuti individuelle "légère" (déjà existante)

Enfin, voici la réalisation en 3D d'une kuti (d'après 2 photos), en réponse à la demande d'un ami moine consacrant l'essentiel de son temps à la méditation intensive.

Constituée de matériaux légers, cette kuti est aisément constructible sur le flanc d'une montagne, tel que c'est le cas pour le modèle qui a servi de base pour ce plan 3D, et qui se situe en Malaisie.

Voici les photographies qui ont servi de base pour le dessin de cette kuti...

À elle seule, la toiture est plus longue et plus complexe à réaliser que le reste du bâtiment (en dessin en tout cas).

Cette kuti se divise simplement en deux pièces : une salle de bain et une chambre. La chambre est employée pour la méditation assise et pour dormir. La marche méditative, elle, se fait tout au long de l'allée extérieure qui mène à l'escalier, abritée par le toit.

On peut tout à fait imaginer cette kuti sur un lac...

Entouré par une étendue d'eau, on a presque l'impression d'être sur un bateau. Destination : nibbána. Embarquement immédiat !

Pour télécharger ces fichiers, faire un clic droit sur le lien souhaité et sélectionner "Enregistrer la cible du lien sous..." Pour visiter ces kuti sous toutes leurs coutures, tapez "o" pour l'outil "tourner en orbite autour du point sélectionné" et utilisez la molette de la souris pour zoomer en avant et en arrière.

 

Attention toutefois : Il revient aux bienfaiteurs souhaitant soutenir les renonçants dans leur retraite de se charger de la fondation des kuti, ce qui constitue une pratique très bénéfique. Un renonçant ne devrait en aucun cas se préoccuper de son lieu de résidence ; un tel attachement serait un obstacle à son accomplissement. Bouddha n'a d'ailleurs pas manqué de le rappeler :

    Ceci était ta vieille hutte, et tu aspires à une autre, une hutte neuve.
    Laisse tomber ton espoir de hutte, moine.
    Une hutte neuve te sera douloureuse tout comme avant.

 

Pour des informations précises, nombreuses et variées sur le dhamma, vipassaná, la pratique bouddhique au quotidien, la vie de Bouddha, la discipline monastique... visitez le site dhammadana.org.

Page mise en ligne le 29 août 2008 et complétée le 7 octobre 2008. Textes et dessins conçus par Dhamma Sámi.